Le niveau baisse…

Comme diraient des collègues enseignants un peu désabusés… Encore une photo pas techniquement top, top que je vous montre aujourd’hui.

Je l’affiche quand même pour deux raisons, même si elle a de sérieux problèmes de netteté et un cadrage… perfectible. Tout d’abord l’étrangeté et le côté spectaculaire de la bestiole. Je vous laisse d’abord la regarder à votre aise : cliquez sur l’image pour afficher le grand format.

Canon EOS 7D, Canon 100mm f/2.8 macro IS L, f/4.0 au 1/100s, ISO 400

La seconde raison de vous la montrer c’est la technique particulière de prise de vue utilisée.

Left hand brace

C’est ainsi (je traduirais très librement  la prise de la main gauche) que le grand macroteux connu sous le pseudo de Dalantech décrit une technique curieuse (article en grand breton), mais fort efficace, de prise de vue à main levée. Lui obtient ainsi des photos parfaites avec un MP-E 65, sans pied !

Je suppose que vous êtes droitier dans mon explication.
Donc, vous vous approchez du sujet et saisissez la tige, le perchoir, le support… entre le pouce et l’index de la main gauche. Curieusement, une fois que l’on a réussi à approcher à distance de prise de vue, les insectes deviennent beaucoup plus patients.

Vous faites alors reposer l’objectif de votre appareil photo sur l’extrémité de votre avant-bras gauche. Le coude gauche sera, si possible, collé au corps ou appuyé sur un support stable. La mise au point se fait normalement en avançant ou reculant légèrement l’objectif. À moins que vous soyez comme moi passé à l’autofocus en macro. Mais c’est un sujet dont je reparlerai plus tard…

Cette façon de faire présente plusieurs avantages. Certains sont évidents, d’autres un peu moins.

  • Tenir le support permet d’empêcher le vent de le faire onduler. C’est pratiquement la seule façon de procéder par jour de vent, même avec un trépied…
  • On peut aussi améliorer la position du sujet. Ici j’ai sorti la chenille de l’ombre profonde où elle se trouvait en avançant son rameau de quelques centimètres. Et déplié en même temps sa feuille, dont l’enroulement la cachait en grande partie.
  • Dalantech insiste également sur le gain de netteté. Tenir le sujet le solidarise de l’appareil photo : si je bouge un tant soit peu, la chenille se déplace de la même façon exactement, et l’image reste nette.

Comme vous pouvez le voir ci-dessus, je ne maîtrise pas encore le left hand brace. Mais je m’entraîne et suis persuadé que cet apprentissage en vaut la peine.


2 commentaires on “Le niveau baisse…”

  1. Je vais essayer cette technique, merci Pierre pour l’info!

  2. François dit :

    explications intéressantes et prise de vue originale pour une bestiole qui ne l’est pas moins. Je suis curieux de connaitre tes explications concernant l’autofocus en macro (le 7D est performant à ce niveau ?) parce qu’avec mon matériel actuel, je peux oublier


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s