Macro macho

Billet d’humeur, aujourd’hui. Le ton en est volontairement un peu polémique. N’hésitez donc pas à réagir par vos commentaires.

Je participe à l’un ou l’autre forum, consulte régulièrement de nombreux sites présentant des macrophotographies. Ou prétendues telles.
À travers les images proposées, du moins celles de qualité, les commentaires postés, je vois se dégager trois tendances, avec lesquelles je suis un peu mal à l’aise, en décalage.

Atmosphère, atmosphère !

Pour mémoire, si l’on est un  peu puriste, on parlera de macrophotographie à partir d’un rapport de reproduction de 1:1. Soit 1 mm de papillon traduit par 1 mm d’information sur le capteur de votre APN. Ce qui s’obtient, avec un vrai objectif macro, à la distance minimale de mise au point. Et ne se dépasse qu’en ajoutant des bagues-allonges au susdit objectif macro. Ou en utilisant le mythique MPE-65.
Tout le reste est proxiphotographie. Voire paysage ! Inutile de préciser que je ne montre pas souvent de vraies macros sur ce blog, suivant cette définition-là.

Lord V, grand macroteux devant l’Éternel, présente une définition moins maximaliste, à laquelle j’adhère volontiers : Une macrophotographie doit montrer des détails que vous ne pouvez normalement pas voir à l’ œil nu.

Il est « à la mode » de présenter des compositions larges, où l’ambiance, l’atmosphère, la lumière jouent le rôle principal. Où le sujet central, fleur ou insecte, couvre en fait ‘une partie très réduite de l’image. Bien fait, c’est souvent très agréable à l’œil.

Pour ma part, je suis de plus en plus attiré par une macro plus musclée. J’ai failli dire virile. Avec un sujet qui remplit une bonne part de l’image. Qui présente une foultitude de détails. Une macro qui,  sans devenir vraiment naturaliste, présente néanmoins un fort contenu informatif.

Vous avez dit « Bokeh » ?

Autre tendance très présente, la disparition du contexte, de l’environnement des fleurs ou des bestioles. Il faudrait, pour bien faire, présenter des fonds complétements flous, voire unis. La libellule, son perchoir et… rien du tout.
À la limite, la photo pourrait être prise devant un fond de studio. Certains vont d’ailleurs jusqu’à emmener sur le terrain des feuilles de carton gris, blanc ou coloré, à glisser derrière le sujet.

Cette esthétique-là est évidemment favorisée par l’utilisation d’objectifs macro de longue focale. Voyez par exemple les superbes libellules de Ronnie Gaubert, autre maître de la macro qui utilise habituellement un 300 mm muni de bagues allonges. Les photos sont extraordinaires. Au bout d’un moment, j’ai néanmoins l’impression d’un manque : l’environnement…

Que de fois n’ai-je pas lu sur des forums « Le fond est trop présent » alors que le contexte est simplement un peu visible. Je revendique une information sur l’environnement de l’animal ou de la plante dans les images. Peut-être faudrait-il prendre l’habitude de présenter les photos par deux : un plan large suivi d’une vue plus serrée ?

Cent fois sur le métier…

Je suis à deux doigts de faire une allergie au « papillon à contre-jour sur fond de soleil couchant ». Pas vous ? Amusez-vous à dénombrer le nombre d’espèces animales et végétales présentées sur les différents forums macro : de réduit à ridicule. Bien pire encore si vous regardez de près le nombre de sujets différents présentés par un même auteur.

Une telle remarque a failli un jour me brouiller définitivement avec un collègue modérateur : j’ironisai sur la recherche de la photo ultime. Et je ne parle pas, bien sûr de la foule des imitateurs qui veulent réaliser des macros à la manière de

De grâce, multipliez les sujets, les techniques, les milieux explorés. L’ennui, dit-on, naquit un jour de l’uniformité.

Bon, alors ?

Et alors ? La recherche d’un compromis entre l’information, le détail spectaculaire et l’esthétique. Là aussi, inutile de dire que je suis loin d’y être arrivé. À la retraite, peut-être, quand j’aurais le temps…
Et avec, en ligne de mire, les réalisations d’un autre « pape de la macro », Dalantech. Je vous invite à regarder ses photos, mais aussi à lire les réflexions de fond sur la macrophotographie, publiées sur son blog No cropping zone. Et tout particulièrement l’article The Death of Macro.
Même s’il pratique un peu la monoculture apicole dans ses images.


7 commentaires on “Macro macho”

  1. François dit :

    Ah que voilà un sujet qui me plait.
    En effet, il y a une tendance lourde qui se dégage des sites présentant des « macro-photographies » qui ne sont souvent que des « proxi-photographies »: la recherche de l’atmosphère au détriment du sujet.
    On arrive à une uniformisation des images parfois bien fades, même si les couleurs sont jolies.
    Je partage avec toi la lassitude de voir et revoir toujours la même image d’azuré en plan large avec un couché de soleil en fond ou un bokeh pastel avec des commentaires du genre j’aime bien la douceur des couleurs…
    Pour ma part à mon petit niveau j’essaye de trouver une approche qui tends vers le détail et les couleurs qui reflètent plus la réalité sans oublier l’aspect esthétique de l’image…
    Mais ce n’est vraiment pas facile.
    J’aurais surement encore pleins de choses à dire la dessus mais j’abonde dans ton sens

    Continue comme ça…

    François

  2. Pierre dit :

    Merci, François. Ravi de voir que tu partages mes agacements.

  3. François dit :

    En fait, en photo c’est comme partout, à force de consensus on en arrive à une uniformisation de ce que l’on peut trouver, et à ne plus avoir de choix.
    La diversité c’est la vie…

  4. el justino dit :

    hello PK!..
    je partage bien sûr ton avis,mais pas tout à fait,car seuls le plagiat et le manque d’imagination me chagrinent..
    après,chaque photographe peut passer par telle ou telle phase au cours de son évolution/apprentissage,l’essentiel étant de ne pas renier ce qui a pu être fait antérieurement,et d’avoir toujours à l’idée de se renouveler,voire innover,ce qui n’est jamais facile dans un monde macro/proxiphotographique finalement assez hermétique..

    @ plus!.
    amitiés,
    EJ.

    • Pierre dit :

      Évidemment… simplement toi tu te classes bien plus dans les leaders que dans les suiveurs. Et, comme mon photo-blog en témoigne, la macro virile, tu maîtrises aussi. Avec des explications que j’aurais volontiers signées.
      Ce serait d’ailleurs sympa de nous remontrer aussi quelques images dans cette veine-là.
      P.S. Souviens-toi… ce n’est pas toi que je taquinais avec la photo ultime. Tu as davantage de variété dans tes sujets.

  5. el justino dit :

    je vais essayer d’être plus viril,alors..;)

    la photo ultime..oui..la quête,le graal..quand je l’aurai faite,j’arrêterai..hi hi..

  6. Mr Sheen dit :

    Salut Pierre,

    Cela soulage de pouvoir de temps en temps s’exprimer librement, n’est ce pas?

    Ce besoin d’émulation de certains me gratte également, je l’ai d’ailleurs dit sur PN ce matin… et quand on a vu les papillons en contre-jour de Gilles ou de Heja, il n’y a aucun besoin de s’en inspirer, ils ont tout dit ou presque

    JM


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s